Les dragées

Même si les dragées sont souvent offertes dans le cadre d'une naissance, elles restent pour certains mariés, incontournables.  Données aux invités lors du repas de noces, ou faisant partie d'une pièce montée au sein du buffet, les dragées deviennent synonymes de remerciement et de souvenir du mariage. En matière de confiserie, les types de dragées sont multiples.  Traditionnellement, les dragées sont fabriquées avec des amandes enrobées d'une fine couche de sucre lissé. Leur qualité et leur prix dépendent de plusieurs critères importants aux yeux des connaisseurs. Les amandes proviennent pour la plupart, de Sicile, d'Espagne ou de France. Leur forme allongée est parfois ronde ou même ovale. Elles portent alors des noms spécifiques comme les Avolas, amandes allongées et plates de Sicile, les Planetas, grosses mais petites d'Espagne et les Longuettes de Catalogne. Leurs goûts différent selon leur provenance mais aussi selon l'origine du cœur de la dragée : amande, chocolat, café, caramel, nougatine, praline, pistaches, fruits secs,... L'enrobage est lui aussi primordial car il crée le croquant et la finesse.

Leur emballage

Là aussi, le choix est grand. Auparavant, elles étaient emballées dans un tulle. Le sachet composé de huit dragées était fermé à l'aide d'un ruban de couleur, attaché à une petite sculpture représentant traditionnellement les mariés. Aujourd'hui, elle peut se retrouver dans un panier, à table, pour le dessert des invités. Elles s'offrent également dans un récipient en verre, dans un tube, dans un emballage en organdi, en tarlatane ou en plastique, bref, dans tout contenant que les mariés auront jugé bon de choisir pour symboliser leur union.  Pour le nombre de dragées, une légende raconte qu'il en faut cinq par ballotin, de facture différente dont une pour la santé, une pour la prospérité, une pour la longévité, une pour la fécondité et une pour la félicité. Le thème du mariage influence la décoration des dragées et du ballotin. Romantiques et naturelles, les fleurs de soie forment la décoration classique. Plus contemporain, le ballotin pourra revêtir une ligne simple et épurée.

Tout fait ou à faire soi-même

Acheter des ballotins de dragées tout fait est certes moins personnel mais représente un gain de temps considérable dans la préparation du mariage. Il existe des boutiques spécialisées dans le domaine mais également des sites internet sur lesquels vous pourrez les commander en ligne. Suivant leur qualité, les dragées peuvent se conserver suffisamment de temps à l'avance, bien souvent plus de six mois voire un an pour la très haute qualité. Il faut les garder à l'abri de la lumière et de l'humidité mais surtout pas au frigo ni au congélateur. Généralement, vous pourrez les commander à l'avance et les retirer ensuite au magasin une ou deux semaines avant votre mariage.

Si vous désirez composer vos ballotins vous-même, veillez à vous faire aider par un membre de votre famille ou un ami. Il faudra réfléchir au thème, préparer des croquis, prévoir des petites cartes à mettre auprès de chaque ballotin et compter le nombre de dragées par ballotin. Cela demande de la patience mais pour ceux qui aiment mettre leur imagination à l'honneur, c'est une occasion inoubliable !

Ne rejetez ni le fait de les acheter tout fait ni le fait de les réaliser vous-même. L'un a ses avantages, l'autre également!

Certaines traditions parlent aussi de lancer des amandes à la sortie de l'église sur les jeunes mariés! Comme le riz, l'amande porte bonheur et chance à ceux qui la reçoivent.

Un peu d'histoire…

Si la dragée est née d'une étourderie, depuis sa création à l'époque romaine, Verdun fut consacrée capitale de cette confiserie. Cette cité abritait en effet des apothicaires qui s'étaient faits une spécialité dans la fabrication de dragée à vocation médicinale. Pendant des siècles, la dragée était offerte au peuple à l'occasion de tous les sacres royaux. Louis XIV ordonna qu'on en distribue aux enfants des écoles chaque premier janvier. Les dragées fort à la mode devinrent le composant principal des "épices de chambre". On créa bientôt pour les offrir à la gourmandise des convives, des drageoirs déclinés ensuite en bonbonnières. En 1777, une ordonnance royale interdit le commerce du sucre aux apothicaires et la fabrication des dragées revint donc aux confiseurs.